Les gestes simples du quotidien : l’auto-appendicectomie

Réussir sa vie CONNARD. Long et difficile chemin jalonné d’obstacles redoutables, le pire étant bien entendu la mort. T’as vite fait de mourir comme un con, et là perdu tu l’as dans le cul tu mets même pas ton nom dans les high-scores. T’as juste une pierre de plus ou moins bonne qualité avec ton nom dessus pour rappeler aux gens à quel point tu étais pas un connard mais personne n’est dupe. Et ça arrive plus vite qu’on pense : tu te viandes dans un escalier, tu bouffes une saloperie ou tu regardes pas des deux côtés avant de traverser comme ta mère te l’avait dit entre deux passes et c’est fini.

Tu te fais opérer de l’appendicite, tu crèves pendant l’opération ; t’as 0,08 % de chances que ça arrive et pas de cul c’est pour toi. La probabilité est faible ? Si on se galère à faire des calculs de probabilités c’est parce que ça arrive CONNARD !!! Presque jamais ? Ouais, mais ça arrive. Et quand ça te tombe sur la gueule t’avais beau avoir les statistiques avec toi, t’es quand même mort ; la première appendicectomie a été réalisée en 1735 sans anesthésie et le mec s’en est tiré tranquillement ? Toi t’étais dans un hôpital super hi-tech, mais t’es quand même mort Ducon.

L’appendicectomie, pour les plus cons d’entre vous (et je sais qu’ils sont nombreux) c’est l’opération qui consiste à retirer l’appendice victime d’une inflammation. Si on te le fait pas tu crèves d’une péritonite, septicémie… t’as que l’embarras du choix. La seule certitude c’est que t’as l’air d’un con en plus d’être mort.

Une spécialité méconnue : la chirurgie médiévale.

[Note à nos amis les feignasses d’étudiants : s’il peut être tentant de sécher un cours obligatoire / TD / partiel et d’aller tout simplement chez le médecin demander un certificat, n’arrivez surtout JAMAIS en disant « j’ai mal au ventre depuis plusieurs jours » ; c’est un des symptôme de l’appendicite et le dépistage se fait par toucher rectal (plus connu sous le nom de doigt dans le cul). Dites plutôt « j’ai mal à ma tête » ou un truc dans le genre. True Story.]

Bref, l’appendicite, c’est pas bien grave, comme le démontre l’histoire (vraie) qui suit :

Avril 1961 : Leonid Rogozov, alors en expédition dans la station soviétique de Novolazarevskaya en Antarctique, est pris d’un mal de bide modèle hardcore. Il décide donc de s’en référer au médecin de la station, le gentil Docteur Leonid Rogozov ; son diagnostic est sans équivoque : c’est l’appendicite ; les plus malins d’entre vous auront remarqué que le malade et le médecin portent le même nom, pour une raison relativement simple : ils sont la même personne (le journal de Rogozov ne mentionne pas s’il a du s’auto-mettre un doigt dans le cul pour établir son diagnostic).

Pendant ce temps, à Moscou, Nikita Khrouchtchev menace le monde capitaliste à l’aide de mocassins en cuir taille 41 (mais attention ça chausse grand).

Rogozov est alors comme un con dans sa station scientifique en Antarctique : impossible d’évacuer pendant l’hiver austral à cause des tempêtes de neige et autres blizzards de merde, il est le seul médecin de la base et a avec l’appendicite. Il n’échappe pas à Rogozov qui est malin au point d’avoir fait médecine qu’il n’a que deux choix : crever comme un gros con au pôle sud ou s’opérer lui-même.

Guidé par le seul désir de réussir sa vie CONNARD, il choisit évidemment la deuxième option. Il sélectionne deux de ses camarades pour lui servir d’assistants, un météorologiste et un mécanicien. Pas besoin de préciser que les deux gaillards ne sont pas coutumiers des opérations chirurgicales. Coup de bol, en Antarctique pour stériliser un truc il suffit de le laisser 30 secondes dehors et c’est bon : l’opération est donc planifiée pour le 30 avril ; un des deux types est chargé de tenir le miroir pour que Rogozov puisse voir ce qu’il fait, alors que l’autre a une seringue d’un truc à lui injecter au cas où il perdrait connaissance.

Dans pareille situation l’un de ces deux personnages sera d’un grand secours, alors que l’autre te dira qu’il faut absolument changer les spatio-convecteur B-2 de ta 205 modèle 1988 à 4 vitesses mais que comme tu t’y connais il va te le faire pour seulement 30.000 € et un organe de ton choix.

22 h : Rogozov se fait sa première injection de Novocaïne et commence à s’inciser à 22h15, calme et déterminé. Les deux assistants ont particulièrement la gerbe (on a beau être soviétique la vue d’un type en train de bricoler tranquillement ses propres entrailles peut faire baigner les dents du fond). Toutes les cinq minutes Rogozov fait une pause de vingt secondes car il est pris de vertiges la grosse tarlouze. Par moments, le miroir ne lui permet pas de voir ce qu’il fait et il opère donc en se fiant seulement à ce qu’il touche (il a bien pris la peine de ne pas mettre de gants, au cas où).
Il arrive enfin à l’appendice, sur lequel il remarque une grosse tache noire, et en tire ses conclusions : « un jour de plus et ça éclatait, je serais mort comme un gros con ». Il l’enlève tranquillement puis se recoud paisiblement. Après 1h45 d’opération il prend des somnifères et s’endort comme un bébé.

S’opérer soi-même, un réflexe à avoir pour combler le trou de la sécu.

Dix jours plus tard, il enlève les fils de ses points de suture et retourne gambader joyeusement dans la charmante station polaire de Novolazarevskaya, parfaitement remis. Il rentre ensuite en Russie où il poursuit sa carrière de chirurgien sous le pseudonyme de Doktor Badass.

Encore une preuve que réussir sa vie CONNARD passe par des choses simples du quotidien, comme s’auto-opérer soi même à mains nues de sa propre appendicite au pôle sud.

Publicités

2 réponses à “Les gestes simples du quotidien : l’auto-appendicectomie

  1. Pingback: Leonid Rogozov s'auto-opère de l'appendicite | Raconte-moi l'Histoire·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s