Bal tragique à Magny-le-Hongre

Ce devait être une fête, un moment de joie pour petits et grands, mais ce mercredi 29 octobre le concert du groupe « Poids plûmes » à Magny-le-Hongre (77) a viré à l’émeute. 8 blessés, dont 3 doudous dans un état grave et un petit gilet violet irrécupérable, c’est le lourd bilan encore provisoire de cette funeste journée.

Reportage

Rien ne laissait présager le cataclysme qui allait s’abattre sur la petite salle de concert du File 7 en ce milieu d’après-midi ensoleillé. Il est 16h00, le célèbre groupe Poids plûmes (« Plume légère, textes de poids ») s’apprête à entrer en scène devant un parterre d’enfants enjoués.

16h05, le trio – Plûme, Rikiki et Papaye – prend place et enfourche ses instruments. Une rumeur menaçante se fait alors sentir parcourant la foule parmi l’habituel brouhaha bon-enfant d’avant spectacle.
Thibault, un jeune perturbateur, échauffe les esprits et réclame d’entrée sur un ton vindicatif à la limite de l’injure que lui soit joué un titre de Booba. Les artistes n’y prêtent guère attention et entament le concert avec le tube désormais international « J’ai menti ».
Le petit Thibault redouble d’agressivité et tente de créer l’incident en meuglant des insanités pendant une bonne partie du morceau, puis réclame avec un culot et une désinvolture qui feraient rougir de honte Jean-François Copé le dernier tube de Beyoncé. La chanteuse, en bonne professionnelle, le rembarre gentiment.

Vexé, Thibault quitte la salle en vociférant « De toutes façons c’est trop nul, tu sens du caca ». L’incident paraît clos et le concert reprend avec une intensité redoublée. Petits et grands chahutent gaiement sur des morceaux endiablés tels que « Mon p’tit chat » ou « Les Zabeilles ».
« Y’avait vraiment une bonne ambiance, se rappelle Catherine, tout le monde se levait, des cercles se formaient, des concours de danse un peu partout s’improvisaient », « On a même frôlé le pogo quand ils ont joué Tombé à l’eau » surenchérit Paul, son conjoint.

poidsplumes

L’instant où tout bascule

Au moment où Rikiki requiert l’attention du public pour annoncer la dernière chanson, une meute de 7 jeunes garçons lourdement équipés fait irruption dans la salle en vitupérant : il s’agit de la terrible bande à Thibault.
En un instant, cette équipée d’hooligans en culottes courtes sème la terreur dans le public à coups de boulettes de papier mâché, d’air-mitraillettes avec les doigts et pour certains même de sabres en mousse. La stupeur cède rapidement la place à la panique et le mouvement de foule vers la scène qui en résulte bouscule plus d’un participant, les moins chanceux se faisant impitoyablement marcher sur le bout des pieds.

« C’était l’affolement général, déclare Patrick, 49 ans. Ces sales mômes m’ont couru dans les pattes et résultat je me suis foutu du gâteau partout. Du chocolat sur une chemise blanche…Putain ça m’a foutu un coup ». Même sentiment de détresse et d’agacement chez Agnès, 37 ans : « Dieu merci j’ai très rapidement pu gagner la sortie de secours avec mes deux filles. C’est une journée que je voudrais maintenant oublier, que je voudrais n’avoir jamais vécue ». « Et nous on a même pas eu le temps d’avoir du gâteau », ajoute-t-elle dans un sanglot qui en dit long sur son état d’anéantissement moral.

Côté enfants, le traumatisme n’a pas été moins dévastateur. « Je veux une compote de prout » nous a confié peu de temps après l’incident la petite Charlotte, 3 ans, encore visiblement sous le choc.
« Le matraquage des maisons de disques allié à la pression du groupe social a crée de véritables monstres complètement déboussolés et déconnectés de la réalité parmi les enfants de ma génération. Ils ne sont pas armés pour se défendre contre des attaques si sournoises et pernicieuses. Telles sont les conséquences néfastes du mode de vie presque imposé par notre société moderne qui a érigé la consommation ostentatoire comme fin en soi et unique moyen d’épanouissement personnel » déplore pour sa part Théo, 4 ans.

Un service d’ordre débordé

« Ils m’ont fait peur ces ptits cons à débouler en gueulant sans prévenir, j’ai rapidement été débordé moi » assume Cédric, un membre du service d’ordre, rapidement débordé.
Force est de constater que les 7 agents de sécurité n’ont su endiguer la déferlante de la bande à Thibault : « Avec leur connerie d’effet de surprise j’me suis pris les pieds dans les fils de la console de l’ingé son et j’me suis baisé un coude en me vautrant sur le projo devant la scène. Ça me vaut quand même 7 jours d’ITT » nous a confié par téléphone Franck depuis la pharmacie de Bailly-Romainvilliers.

Bombes à eaux, poil à gratter, pistolets à bouchon, boules puantes, claques-doigts, les experts de la PJ locale n’en finissent pas d’énumérer l’arsenal retrouvé dans un sac de sport extrait du coffre d’une voiture à pédales garée à proximité de la salle. « Ça aurait vraiment pu tourner vinaigre » nous a rapporté sous le couvert de l’anonymat une source proche de la place Beauvau.

Le préfet de Seine-et-Marne a fait savoir dans un communiqué son « profond regret et [son] soutien indéfectible aux enfants choqués, aux parents salis, aux doudous piétinés et au petit gilet violet amputé de sa manche gauche. Les coupables seront retrouvés et nous mettrons fin au règne de terreur de la bande à Thibault. Force doit rester à la loi ».
« L’opinion attend une réaction forte de notre part » a sommairement commenté le Ministre de l’intérieur qui s’est rendu sur place en début de soirée.

Des portraits robots du jeune Thibault (4 ans ½) et de deux de ses plus proches lieutenants seront prochainement diffusés dans tous les commissariats d’Ile-de-France. Il encourt une peine de privation de dessert de 3 mois ainsi que la confiscation jusqu’à nouvel ordre de son immonde sabre laser en plastique Star wars.

3 tétines sont toujours portées disparues, une cellule psychologique et un numéro vert ont été mis en place pour les familles des victimes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s