Cuisinez bien, cuisinez crétin

Cuistot

Aujourd’hui et une fois n’est pas coutume, on va parler cuisine.
Déjà ça nous donnera p’tet l’impression de faire autre chose que dire de la merde, parce que y’a des gens de sites “politiquement engagés” qui commencent à essayer de recruter nos dessinateurs phares pour leurs émissions pourries de droite “patriotes, mais pas facho”, alors là, au moins, ils seront bien attrapés.

En fait ils seront pas attrapés du tout parce que niveau engagement cet article il va puer le steak, mais au moins ça sera pas “moralisateur” gnagnagna que je me fais tout le temps engueuler par la rédac’, et notamment le rédac’chef, qu’est quand même une grosse tarlouze.

Bref comme tout un chacun, vous devez sûrement passer du temps à cuisiner, ou plutôt, à acheter des trucs en boite à faire réchauffer dans des casseroles ou bouffer au kebab du coin parce que la cuisine vous intéresse probablement pas, enfin ça c’est ce que vous dites parce qu’en fait vous êtes juste une grosse flemouze et que si ça prend plus de deux casseroles vous vous jetez sur le kebab du coin vu qu’au moins, y’aura pas de vaisselle à faire.

kebab
En tout cas, faut bien bouffer, piné, vous avez pas le choix.

Mais laissez-moi vous dévoiler le plus grand secret culinaire de tout les temps – la cuisine, c’est un truc de branques. Si, si. Bon après, je dis pas que vous allez avoir vos trois étoiles la semaine prochaine, mais en douze secondes y’a tout de même moyen de se la péter, surtout que dès que c’est préparé maison, y’a tout le monde qui fond en larmes et qui se sent plus péter de remerciements. Vous pourrez enfin inviter vos petits camarades et récolter toute la gloire qui vous est dûe en leur préparant un truc qui vous a techniquement pris 12 minutes à faire.

Okay, je suppose qu’ils sont juste sympas parce qu’ils viennent bouffer gratos. Mais eh, vous pouvez les faire participer, et pis si ils ramènent du rouge comme il est de coutume, même si vous êtes une grosse tanche en cuisine vous vous en sortirez bien grâce à deux techniques faciles : préparez tous les trucs compliqués AVANT l’apéro, et prenez un gros apéro.

Allez, on enchaine, regardez-moi cette fabuleuse recette de HACHIS PARMENTIER.
Avec ça, j’ai récolté des compliments que je savais même pas qu’ils existaient tel que « Wow ! » et « Fichtre ! »
Tout ce que j’avais à répondre c’était de vaguement lever un sourcil et me demander jusqu’où les gens peuvent s’abaisser pour pas payer leur nourriture.

Car effectivement, avant, je cuisinais pas, mais depuis que je me suis rendu compte que même sans le bac on peut y arriver, et que tout le monde s’en branle tant qu’il bouffe gratuit, je cuisine à donf.

Donc pour faire un hachis parmentier, il vous faut quelques trucs :

• Des patates
• Du gras
• De la barbaque
• Des oignons (facultatif)
• Du fromage

Mais beaucoup plus emmerdant :

• Un four en état de marche
• Un plat qui passe au four
• Une cuillère en bois.

Oui, alors, la cuillère en bois, en vrai on s’en branle, mais dans une cuisine ça fait toujours super pro d’avoir une cuillère en bois. Ca permet de mélanger avec style et c’est un peu moins la merde qu’avec un truc en métal, et en plus, c’est un peu classe, c’est bio.

Okay, une fois que vous avez réuni tout ce joyeux bordel, voici la théorie.

I) La Préparation

Qu’est-ce qui constitue un bon hachis parmentier ?

1) de la patate
2) du gratiné sur eul’ d’ssus
3) de la viaaaaande

A partir de là, la recette elle est faite. Evidemment, faut pas juste tout foutre dans un plat thermostat 12 au four, mais vous allez voir, c’est vraiment un truc de manche.

1) Faire une purée

La patate, c’est tout dur et pas bon. Sauf quand on la cuit. Ca cuit plus vite si c’est coupé en petits morceaux. Si tu veux la cuire vite, tu la coupes en petits morceaux à l’aide …

… ah ouais merde j’ai oublié un truc à posséder :

• Un gros couteau qui coupe bien

… d’un gros couteau qui coupe bien. Alors il parait que ça se fait d’éplucher les patates, mais si vous voulez mon avis, c’est de la merde, on s’en bat les couilles, de toutes façons vous avez probablement pas d’économe (le machin qui sert à éplucher les trucs), et en plus v’la le temps perdu de dingue. Alors que tu les rinces, et encore, vu que tu vas les faire cuire à l’eau bouillante, je vois pas où qu’elle va aller se foutre la bactérie, mais j’y connais rien, alors tu les rinces et pis t’es content.

Petit conseil habile en passant : dites rien aux gens qui trouvent que c’est un crime de pas éplucher les patates. Ils y verront que dalle. Promis.

Okay, faut cuire les patates. Faut les cuire longtemps. Heureusement, la purée, c’est de la patate toute molle, et plus tu fais cuire des patates, plus ça devient mou. Donc j’te l’donne en mille, tu peux OUBLIER tes patates dans l’eau bouillante, au pire, c’est pas grave, elles seront nickel pour la purée. Bon après, fais pas cramer ta cuisine, mais t’es peinard pour trois quarts d’heure et si tu te merdes même une heure c’est tranquille.

Pour savoir si c’est cuit, du coup, tu prends un couteau, tu le mets dedans, si tu galères, c’est que c’est pas cuit, si c’est tout mou, c’est que c’est cuit, suis un peu.
Ou alors c’est que t’as un couteau de merde, fais un effort, nom de Dieu.

Okay, maintenant que t’as toutes tes patates, tu vires la flotte du bordel, par exemple à l’aide d’une passoire, et tu mets toutes tes patates dans un gros récipient, genre un saladier ou n’importe quoi on s’en fout.

Bon, et là, tu calcules vite : la purée, c’est quoi, la purée, c’est des pommes de terres écrasées. Donc avec ta cuillère en bois de chef, tu massacres tes pommes de terre jusqu’à ce que ça fasse de la purée. Si ça pas marche, c’est que t’as pas assez cuit. Si tu penses que je me fous de ta gueule quand même, et qu’elles sont bien cuites tes patates, tu as probablement raison. Mais alors, comment faire ?

Qu’est-ce qu’il manque à ton génocide de pomme de terres ? Hmm ? Trop de grumeaux pour toi ? Trop caillouteux ? Trop solide ? Comment la rendre plus liquide ?
Beh avec du liquide, pardi. Qu’est-ce que t’as en liquide ?
Du gras.

Donc tu prends ton pot de crème fraiche, ou de beurre fondu, ou d’huile, ta cuillère en bois, et tu en mets jusqu’à ce que tu sois content du résultat.

Petit conseil habile en passant : si ça marche pas, dites que vous aimez bien les grumeaux dans la purée. Perso, j’adore les grumeaux dans la purée.

Bien joué ! Tu as maintenant une belle purée de pomme de terres. D’ailleurs, tu peux t’arrêter là, et la manger si tu veux. Déjà, c’est cool, tu sais faire de la purée ! D’innombrables recettes s’ouvrent à toi, comme la purée de carottes, ou … je sais pas, j’imagine que si tu fais frire la purée dans l’huile ça fait un truc. Ou ou ou tu la mets au four ça doit faire un autre truc rigolo, mais ça on verra plus tard.

2) La viande

Okay, bon ça voilà, t’achète de la viande hachée, c’est clair que tu vas pas faire pousser le boeuf toi-même.

Alors j’ai jamais testé de faire cuire la viande direct dans le four, mais p’tet c’est jouable. Tu es libre, jeune cuistot fougueux. Vole de tes propres ailes.
A priori cependant, faut un peu tout faire cuire avant. La viande hachée, tu la mets dans une poêle, vu que y’a déjà du gras dedans t’es pas particulièrement obligé d’en rajouter, et en plus si t’as merdé dans la purée au niveau du gras tu risques d’être un peu emmerdé si tu remets du gras à cette étape.

Petit conseil habile en passant : si c’est trop gras, dites que le gras, c’est la vie. Perso, je déteste ça, mais apparemment, ça se dit.

La viande hachée, quand c’est cuit, ça se voit, ça se sent, quand c’est tout noir et plein de fumée, c’est cramé, mais tout les stades avant, ça se mange. Même cru. Et pis merde, c’est de la viande, déjà y’en a, commencez pas à chipoter, c’est pas comme si t’avais accueilli les gens avec une salade de tomates (recette qu’on verra plus tard).

Alors oui, dans la recette, ils disent je sais plus quoi, faut mettre des oignons avec, et du concentré de tomates ou je sais pas quoi, du sel et du poivre …
… mais franchement, une fois, j’ai oublié le concentré de tomates, j’ai pas bien vu la différence. Parce que n’oublions pas que ce qui fait un bon hachis parmentier c’est :

1) de la patate
2) de la viaaaaande
3) du gratiné sur eul’ d’ssus

hachis parmentier facile

Donc franchement, tu mettrais pas d’oignons, les gens ils seraient contents tout pareil. Bon allez, là, admettons, si tu te sens tout foufou, tu épluches tes oignons en tirant la langue pour pas que ça pique à tes yeux (fait véridique, parce que les ptites molécules larmoyantes elles sont attirées sur l’humidité de ta langue qui elle chiale pas parce que c’est pas une tata comme boulon), tu me mets tout ça avec la viande, et de toutes façons, les oignons, ça se bouffe aussi cru, alors avec un peu de chance, les deux seront cuits sensiblement en même temps et là, succès critique.

interview

Bon après, tu réfléchis, et tu te dis que les hachis parmentiaux que t’as vu dans les surgelés, la viande était d’sous, la patate eu’d’sus, pis l’gratiné au sommet.
Donc qu’est-ce que tu fais, tu fous ton mélange de viande/oignons au fond de ton plat, ta purée par dessus, et tu peux te prendre la tête avec la phase 3 :

3) Eu’l’gratiné sur eul’d’ssus

Bon, ben, du gruyère, au four, ça fond. Quand ça fond beaucoup après ça gratine. C’est dingue hein ?
Donc tu fous plein de gruyère sur l’dessus et pis t’es content.
Tu peux enfourner.

Alors ouais, par contre …

II) La Cuisson

Okay. Un four, ça marche à base de grosses résistances qui chauffent super fort. Tu veux faire cuire tes trucs par dessus, tu mets le mode “cuit les trucs par le dessus”. Tu veux faire cuire les trucs par en dessous, tu mets le mode “cuit les trucs par en dessous”. Tu veux une chaleur homogène et que ça cuise un peu partout pareil, tu mets le mode “cuit les trucs un peu partout pareil” (à savoir, la chaleur tournante, avec un ptit ventilo). Si tu piges pas les petits dessins sur ton four, je peux rien faire pour toi.

Plus c’est chaud, plus ça cuit vite, mais plus c’est violent. Cuire moins chaud c’est moins violent et c’est plus poétique, ça dépend ce que tu veux faire.
Bon, en même temps, j’ai jamais vu qui que ce soit utiliser un four à une chaleur pas comprise entre 180 et 220°C, donc tu vises au milieu, et tu viens voir de temps en temps à quoi ça ressemble. Si t’es du genre à oublier, p’tet mets moins fort. Si t’es du genre à vraiment oublier, mets donc une alarme quelque part, parce que le hachis figure toi que ça hurle pas quand ça brûle.

Bon appétit.
Ton premier plat fait maison. P’tet qu’il est dégueu, okay, mais c’est qu’un début car …

… VOILA, JEUNE CHEF REBELLE, tu es paré pour L’EXPERIMENTATION.

III) L’Expérimentation

Bon, parce qu’évidemment, si t’y connais vraiment rien, c’est quand même un peu vague comme directive. J’veux dire si ça se trouve tu sais même pas éplucher un oignon. Tu vois probablement pas l’intérêt d’une cuillère en bois. Mais c’est pas grave, ça viendra.

Ton hachis, bon, tu le manges, déjà, y’a de la viande et des patates, donc déjà t’es content. Si y’a des trucs qui t’ont pas plu tu peux analyser:

– trop gras/trop sec
– trop cuit/pas assez cuit
– et surtout: comment est-ce qu’on pourrait améliorer cette recette ?

Et oui. Parce que le hachis parmentier, faut quand même le reconnaitre, c’est un peu une recette de merde. C’est du fromage sur des patates sur de la viande. Okay, j’imagine que le “Parmentier” c’est un peu plus balèse que ça, avec genre des micros croutons d’pain pour faire du crousti sur l’dessus, et je sais pas quel dosage d’épices ultra mystérieux dans le mélange de viande. Mais on s’en branle, nous, on a même pas vraiment un bac+3.

Et comme on a ni les compétences ni l’envie de se taper les émissions de merde d’M6 pour apprendre à cuisiner, y’a pu qu’à tester nous-mêmes comme des sauvages.

Du gruyère ? Pff. DU GRUYERE ? MWAH HA HA HA ! Les tarlouzes. Et pourquoi pas plutôt un gratiné chèvre-emmental-comté ? Hmm ?
Une purée de pomme de terres ? HO HO HO ! Que dirais-tu d’une purée trois couleurs, petits-pois-carottes-pomme de terre ? Hmm ? Attends, qu’est-ce qui m’empêche de rajouter des haricots rouges dans ce merdier ?
De la viande hachée ? HA HA HA ! Non ouais ça c’est cool, mais tu peux le faire avec n’importe quelle viande, non ?

Et c’est comme ça qu’après, tu peux rigoler avec tout plein de recettes.

conseil pratique

… ou dites que c’est expérimental et qu’ils ont pas les outils culturels pour comprendre

A) Les Tartes

Faire une pâte, c’est un peu plus compliqué, ça en fout partout, faut des ingrédients dont tu vas te servir qu’une fois et laisser pourrir dans un coin.
Heureusement on s’en branle, ça s’achète tout fait dans le magasin en face de chez ouat.

Prenons par exemple la tarte à la tomate.
Recette héritée de ma grand-mère ou je sais pas quoi.
Mes couilles. C’est une tarte, avec des tomates.
Okay ouais si t’es pas trop con tu rajoutes de la moutarde et du gruyère en carrelage au fond et pis des herbes de provence pour faire typicou mais en gros c’est ça.
La tarte au thon. J’te l’donne en mille. C’est une tarte, avec du thon. Ouais bon et des oignons. Okay, mais on est d’accord qu’il faut pas un doctorat pour foutre une paire de trucs dans un moule à tarte et l’foutre au four.
Du coup, les tartes, c’est comme les pizzas en fait. C’est de la pâte avec des machins dessus. Choisis toi-même tes machins, fais tes propres recettes, sois libre, et heureux, et re-libre derrière.

Recap

B) Les Cakes, Biscuits, et autres merdes

Bah ça c’est pareil, une fois que tu sais faire la pâte, que t’as compris un peu comment ça se cuit, et ben boum, t’y mets ce que tu veux dedans et t’enfournes et BAM. A toi les recettes de cookies aux seize chocolats, les brownies pomme-banane-poire-fruit de la passion, les cakes carotte-jambon-chevre, et autres billevesées.

C) Les Lasagnes

Bah oui, c’est des pâtes avec des trucs au milieu. L’horizon des possibles, à portée de main.

D) Le Chili

T’es sérieux ? Maah putain, c’est bon, c’est des haricots rouges avec du bordel.

E) La Bouffe Jap’

Bon ça, le riz c’est super chiant, mais ça t’évitera de payer 5 balles pour 3 sushis. Tu fais plein de riz. Tu fous plein de merdes dessus. C’est parti.

bordel

F) Les Salades

Sérieux, y’a un truc ça s’appelle “fantaisie”. “Fantaisie” ça veut dire que c’est n’importe quoi. Donc tu peux étonner tes potes avec des salades fantaisies. Tiens et j’ai parlé de la salade de tomates plus haut, j’te la donne en mille, c’est des tomates coupées. Et si ils veulent une vinaigrette, toujours prévoir une bonne bouteille de vinaigre balsamique dans un coin, et bam.

N) L’Infini

T’aime bien le maïs ? T’aime bien les ptits pois ?
Teste donc ma recette de ptits pois au maïs. Bon, faut attendre un peu de crever la dalle avant de trouver ça vraiment bon, mais c’est vraiment bon, quand t’as vraiment la dalle, et c’est vachté rapide à préparer.

Et voilà, tu as gagné, avec ton four et ta cuillère en bois, tu es maintenant le maitre cuistot de tes amis qui ont la flemme de cuisiner.
Sois fort, sois grand.
Sois bon vivant.
Sois vivant.
Mange.

En Bonus, mon conseil cuisine/régime pour tout les plats:

Accroc au gras ou à la malbouffe ? Marre de réchauffer tes burgers au micro-onde ? Avec cette petite astuce habile, retrouve le goût des choses simples.

  1. Mange toute ta malbouffe, finis ton frigo, débarrasse toi de tout ce qui est gras.
  2. Va faire des courses. Achète tout les trucs qui t’ont jamais fait rêver de ta vie (et qui font pas 40 kcal le gramme). Endives, betteraves, épinards, fèves, coeurs de palmier, chou, céleri, salsifis, pois chiche, tout.
  3. Rentre chez toi.
  4. C’est l’heure du repas ! Ouvre ton frigo. Finalement, tu n’as pas faim.
  5. Si, t’as faim ! Ouvre ton frigo. Décidément, non, tu n’as pas faim.
  6. Allez, merde ! Ouvre ton frigo. Hmmm … non.
  7. Refuse d’appeler la pizza-kebab du coin. Tu as ta dignité. Tu t’es foutu là-dedans tout seul. En plus, ton budget bouffe est dans ton frigo.
  8. Ouvre ton frigo. Laisse tomber. Rappelle toi que tu peux vivre environ un mois en faisant que boire de l’eau. Repense à Jésus dans le désert.
  9. Meurs de faim. Ouvre le frigo. Jésus dans le désert. Bois de l’eau (ou un ptit jaune, y’a de l’eau dedans).
  10. Meurs sérieusement de faim. Craque et appelle pizza-kebab. Perdu, ils servent plus, il est trop tard.
  11. Atteins les portes de la mort. Ouvre ton frigo …
  12. FELICITATIONS ! Regarde ! Tout à lair délicieux maintenant ! Cuisine toi n’importe quoi et vu que tu meurs de faim, tout va être ultra bon ! Wow ! Tu n’aurais jamais pensé pouvoir manger des choux de Bruxelles crus, n’est-ce pas ? Maintenant, ce n’est plus dégueu – le goût est « original, intéressant ».

Bravo ! Encore quelques efforts et tu pourras survivre sur la planète lorsque l’humanité l’aura détruite, grâce à ta capacité à te nourrir d’un haricot vert par jour (ou d’un Big Mac une fois par mois).

Publicités

5 réponses à “Cuisinez bien, cuisinez crétin

  1. Il est plaisant de constater que, sous l’habituel et délectable couche superficielle d’immondice verbal et de bons mots, peut s’entre-apercevoir une profonde et véritable passion tant du bon produit que du beau geste culinaire.
    De la profondeur des articles de votre publication, la question ne se pose, évidement.
    Au plaisir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s